CEPSUM

Kathy Landry, fille de groupe

Ceux qui fréquentent ses cours vous le diront : Kathy Landry a de l’énergie à revendre! Rien ne lui plaît davantage que de faire bouger les gens, peu importe leur nombre. Celle qui a déjà animé une séance de Zumba devant 5 000 personnes est toujours en quête de nouveaux défis. Mais saviez-vous qu’avant de se consacrer à la mise en forme, Kathy se destinait à une carrière en comptabilité? Découvrez son parcours, et ce qui la passionne par-dessus tout.

 

Kathy Landry CEPSUM : Depuis quand travaillez-vous pour le CEPSUM ?

Kathy Landry : J’ai commencé en janvier 2010, comme instructrice de cours de groupe. Je donnais un ou deux cours tout en poursuivant mon baccalauréat en kinésiologie à l’Université de Montréal. Je suis devenue assistante responsable au programme de conditionnement physique et d’activités diverses en septembre 2011.

 

CEPSUM : Que faites-vous exactement au CEPSUM ?

K. L. : Mon emploi comporte deux volets. Je donne entre 8 et 10 cours de groupe par semaine, selon les sessions. Je m’occupe également de la gestion : j’assiste Martine Pelletier, la responsable de la coordination et de la gestion des cours de groupe en conditionnement physique. Puisque le programme ne cesse de prendre de l’ampleur, il fallait y dédier de nouvelles ressources. Je suis donc devenue le bras droit de la responsable. J’ai d’ailleurs pris temporairement la relève de toute la gestion du programme de conditionnement physique et d’activités diverses. C’était un beau défi, qui m’a permis d’en apprendre davantage sur moi-même et sur mes propres aptitudes et intérêts. J’ai réalisé que je préférais l’enseignement au volet administratif, puisqu’il me donne l’occasion d’entrer en relation avec les gens. J’ai également découvert que j’aimais utiliser ma créativité pour développer de nouveaux projets, amener de la nouveauté.

 

CEPSUM : D’où vous vient ce goût pour ce que vous faites ?

K. L. : J’ai toujours baigné dans le monde de l’activité physique. Lorsque j’étudiais la comptabilité, je donnais des cours de groupe au Énergie Cardio. C’était un très bon emploi qui me permettait à la fois de m’entraîner et de gagner ma vie. Au fil du temps, je me suis rendue compte que la mise en forme me stimulait et m’intéressait davantage que la comptabilité. Je préférais discuter de sport plutôt que de chiffres avec mes collègues. J’ai donc appliqué au bac en kinésiologie et j’ai adoré ça. Je crois que cela allait de soi, puisque j’aime bouger et faire bouger les autres. J’ai envie que les gens aient du plaisir dans mes cours.

 

CEPSUM : As-tu d’autres formations ?

K. L. : Oui, la FIDA (Formation des Instructeurs en Danse Aérobique). J’ai suivi cette formation pour devenir instructrice d’aérobie. J’étais très mauvaise au début, car je n’avais jamais fait d’aérobie de ma vie! J’ai donc appris deux choses en même temps : l’enseignement de l’aérobie… et la pratique! Ça m’a beaucoup plu. Disons que je suis meilleure qu’à mes débuts.

En conditionnement physique, il y a beaucoup de formations offertes puisque c’est un domaine qui évolue constamment. Encore à ce jour, je continue de me former car il y a des nouveautés chaque année. Après la FIDA, j’ai suivi des formations pour pouvoir enseigner différents cours. Ces deux dernières années, j’ai eu la chance d’assister à des congrès internationaux sur le conditionnement physique. C’est l’occasion de me ressourcer et de rencontrer des gens inspirants qui sont passionnés par la même chose que moi.

 

Kathy Landry enseignant le TRXCEPSUM : Vous donnez des cours de conditionnement physique présentement au CEPSUM. Lesquels enseignez-vous ?

K. L. : Cette session-ci, j’enseigne le Cardio vélo (spinning), le Cardio rameur, TRX® et TRX® Bootcamp. Je donne aussi des cours de conditionnement physique aux professeurs, deux midis par semaine. Et un cours de mise en forme pour les employés, un midi par semaine.

 

CEPSUM : Avez-vous un cours que vous préférez parmi ceux-là ?

K. L. : Mon groupe préféré cette session-ci, c’est celui de spinning. Ils sont très assidus, hyper disciplinés et extrêmement motivés. L’énergie du groupe est incroyable. Et le cours de conditionnement physique pour les professeurs me tient à cœur, puisque ça fait 4 ans que je le donne et que ce sont toujours les mêmes profs qui reviennent. Nous avons établi une belle relation de confiance. On s’amuse beaucoup!

 

CEPSUM  : Vous arrive-t-il d’être sollicitée en dehors du CEPSUM ?

K. L. : Depuis deux ans, je collabore avec le Grand défi Pierre Lavoie. J’aimerais beaucoup poursuivre cette année. Je croise les doigts!

 

CEPSUM : Et que faisiez-vous à ce défi ?

K. L. : Je collaborais au volet enfant du concours « Lève-toi et bouge ». Il s’agit d’un défi où les enfants ont l’opportunité de cumuler des cubes d’énergie. Un cube d’énergie correspond à 15 minutes d’activité physique. Une compétition s’installe entre les écoles et les jeunes cumulent leurs cubes d’énergie. Plus de 90 millions de cubes ont été distribués durant ce mois. Ça fait vraiment bouger le Québec! Nous avions aussi préparé une capsule vidéo de 15 minutes où j’animais une séance de Zumba. Le mois suivant, durant la fin de semaine de la grande récompense pour les jeunes, j’ai fait du Zumba avec 2 500 jeunes et leurs parents pendant 30 minutes. C’était magnifique de voir 5 000 personnes bouger à l’unisson! Bref, j’ai adoré ma collaboration avec le Grand défi Pierre Lavoie. On partage les mêmes valeurs et un même objectif : faire bouger les gens.

 

CEPSUM : Quel est votre meilleur souvenir du CEPSUM ? Avez-vous vécu des moments mémorables ou encore cocasses depuis que vous travaillez au CEPSUM ?

K. L. : La première fois que j’ai proposé de faire un Zumba party, personne ne croyait que ça marcherait. Mais finalement, il y eut près de 200 personnes. C’était au-delà de nos espérances! De me retrouver sur la scène en tant qu’instructrice de Zumba devant ces 200 personnes, c’était un moment très fort. J’ai eu beaucoup de plaisir en compagnie des autres instructeurs. C’est un privilège de pouvoir partager cette passion que nous avons.

Kathy Landry en action au Cross training 

CEPSUM : En terminant, pendant combien de temps prévoyez-vous travailler au CEPSUM ? Quels sont vos projets futurs ?

K. L. : Je n’ai pas de date « d’expiration » en tête. Tant que je me plairai au CEPSUM, tant qu’il y aura des défis et de nouvelles opportunités, je resterai. En dehors du travail, le volet Master Trainer de BOSU m’intéresse énormément. Je rêve de devenir formatrice dans les congrès internationaux comme ceux auxquels je participe. Avec mon emploi au CEPSUM la semaine et des congrès ponctuels, j’aurais le meilleur des deux mondes.