CEPSUM

Nawfal Benmira, le papa des camps de jour


Nawfal Benmira

Nawfal Benmira est un homme heureux et actif, surtout l’été. Et pour cause, il dirige avec succès, les populaires camps de jour sportifs du CEPSUM. Jovial et sympathique, celui que tout le monde surnomme «Yoda », nous parle avec enthousiasme des particularités de son travail et de la programmation des camps de jour. 


CEPSUM : Nawfal, décrivez-nous votre parcours professionnel depuis votre arrivée au Québec en 1992.
Nawfal Benmira : D’origine marocaine, je suis venu au Québec pour faire mes études supérieures en sport et en éducation physique à l’Université de Montréal. À cette époque, j’ai eu la chance de décrocher deux emplois d’étudiant au CEPSUM : professeur de tennis et animateur aux camps de jour. Par la suite, je suis devenu responsable des camps et en 2007, après un intermède aux Événements et Location, on a ajouté à mes fonctions les Journées d’animation sportive et les Fêtes d’enfants… avec en extra, des cours de tennis le soir.

CEPSUM : À titre de responsable camps de jour UdeM quelles sont vos principales fonctions?
N. B. : Je supervise toutes les activités reliées aux camps de jour sportifs, aux journées d’animation sportive et aux Fêtes d’enfants. Mes tâches vont de la planification à l’organisation, en passant par le recrutement du personnel et les communications à la clientèle.

CEPSUM : Outre les camps de jour sportifs et les Écoles Carabins, quels autres programmes le centre sportif offre-t-il aux jeunes durant l’année scolaire?
N. B. : Il y a le Programme d’activités pour enfants et adolescents qui comporte une grande variété de cours et d’activités sportives, notamment des cours de natation, d’arts martiaux, de gymnastique, tennis, et bien d’autres! Il y a aussi les Journées d’animation sportives pour les écoles où les élèves sont invités à participer à plusieurs jeux coopératifs et activités sportives et aquatiques. Avec son vaste choix de plateaux et d’installations sportives, le CEPSUM est en mesure de faire bouger plus de 1500 enfants par semaine, en particulier en mai et juin!

Une histoire de cœur

CEPSUM : Que préférez-vous dans votre travail? 
N. B. : Mon interaction auprès des parents. J’aime les informer et les rassurer, peu importe la situation. J’adore aussi interagir avec de mon groupe de moniteurs et d’animateurs. Les encadrer et les voir évoluer de semaine en semaine me nourrit réellement. Le fait de m’impliquer quotidiennement auprès d’eux me garde jeune, d’esprit et de cœur. Tous les métiers n’offrent pas cet avantage. J’ai aussi un faible pour le volet sécuritaire des camps et les procédures spéciales dans les cas particuliers. Par exemple, l’intégration d’un jeune présentant un handicap léger, physique ou intellectuel dans un groupe pour qu’il s’épanouisse pleinement. De beaux défis qui me stimulent et me donnent l’impression de me réaliser pleinement.

CEPSUM : Comme employé du CEPSUM, avez-vous parfois la chance de pratiquer certaines activités sur place?
N. B. : Oui, effectivement. Ayant le privilège d’avoir accès aux installations du CEPSUM, j’essaie d’incorporer à mon horaire quelques séances d’entraînement sur exerciseur elliptique et, bien entendu, quelques matchs de tennis, ma passion de toujours.

CEPSUM : Avez-vous une anecdote ou un souvenir cocasse relié aux camps de jour du CEPSUM à nous raconter?
N. B. : J’en ai même plusieurs! Un été, j’ai passé pour le père d’un participant qui, aux dires de tous, me ressemblait comme deux gouttes d’eau. On me taquinait en me disant avoir rencontré le jeune Yoda, mon surnom auprès des jeunes l’été. Je me rappelle aussi de ma rencontre avec une personnalité du monde artistique d’ici qui était venue chercher son garçon en fin de journée. Après avoir fait le tour de centre, le jeune restait introuvable. Le père, plutôt coloré et grand fervent d’expressions sacro-saintes, faisait pourtant preuve d’un calme étonnant. Aussitôt que l’on eut toutefois retrouvé son gamin sur le terrain extérieur, il s’est métamorphosé et l’a généreusement arrosé de réprimandes de son cru… sur un ton toutefois des plus affectueux. Je reconnaissais bien là le personnage télé.

CEPSUM : Selon votre expérience, qu’est-ce que les jeunes retirent de leur passage aux camps de jour du CEPSUM?
N. B. : Au fil des ans, j’ai pu constater les multiples bénéfices des camps de jour sportifs du CEPSUM envers ses participants. Bien que tous nos camps soient pensés et organisés dans le but de faire bouger les jeunes, leur objectif premier est de leur permettre de s’amuser, de sociabiliser, d’accomplir des progrès personnels et de relever des défis en équipe. Que ce soit lors de la présentation du spectacle de fin de camp ou par l’expérimentation d’une activité selon une thématique choisie, ou encore en réussissant leur examen de natation, nos participants sortent toujours gagnants de leur expérience au CEPSUM. Quant aux parents, ils sont fort heureux de constater que leur progéniture a pu y dépenser son trop-plein d’énergie. Finalement, chacun y trouve son compte, et c’est très bien comme ça !

Les camps de jour du CEPSUM, une occasion de bouger et de s’amuser

CEPSUM : Combien de camps offrez-vous durant l’été et à quels groupes d’âge s’adressent-ils?
N. B. : Cet été, nous offrons 19 camps sportifs, incluant nos trois Écoles Carabins. Depuis le début du programme, vers 1980, le nombre de camps n’a cessé de croître. On comptait alors seulement deux camps – le camp Régulier et le camp Natation. De plus à l’époque, nous embauchions cinq animateurs comparativement à 80 aujourd’hui. Quant à l’âge de nos participants, ils ont entre 6 à 16 ans, selon le type de camp choisi.

CEPSUM : Quelles installations et activités sportives sont mises à la disposition des participants?
N. B. : Chaque été entre 450 et 650 jeunes ont accès quotidiennement à un nombre incroyable de plateaux sportifs. Pour n’en nommer que quelques-uns, il y a le bassin aquatique avec sa piscine et son bassin de plongeon (qui sert aussi à la plongée sous-marine), la palestre, les courts de tennis, l’impressionnant mur d’escalade, les gymnases, l’aréna et les deux terrains extérieurs, sur lesquels les jeunes peuvent se défouler à volonté.

CEPSUM : Quels sont les camps les plus populaires?
N. B. Tous nos camps sont grandement appréciés par notre clientèle. Toutefois, parmi nos camps vedettes, je dirais que les camps Cirque, Tennis, Volleyball Carabins et Hockey sur glace sont des plus populaires. Aussi, Énergie PLUS, qui ravit les mordus de sports. Il s’agit d’un camp offert aux 10-12 ans où les participants ont la chance d’expérimenter plusieurs sports olympiques tels que le basket-ball, le hand-ball, tir à l’arc, des sports de raquette, la natation, le soccer et bien d’autres!

CEPSUM : Au fil des ans, de nouvelles activités se sont-elles ajoutées et quelles sont vos nouveautés cet été?
N. B. : Le Programme s’est enrichi de plusieurs nouveautés depuis ses débuts. Cet été, le camp Nage synchronisée est le « p’tit nouveau ». Il a connu un tel succès en début de période d’inscription que nous avons décidé d’ajouter deux semaines supplémentaires.

CEPSUM : Que recherchez-vous comme profil chez vos monitrices et vos moniteurs ?
N. B. : Nos monitrices et nos moniteurs (17 ans), plus particulièrement nos animatrices et nos animateurs (18 ans et plus), doivent posséder une expérience significative, c’est-à-dire avoir travaillé dans un autre camp de jour ou camp d’été. De plus, nous recherchons des étudiants de niveau universitaire en sport/éducation physique, en kinésiologie ou en enseignement primaire ou secondaire. Nous leur donnons une formation complémentaire, afin de nous assurer de la qualité de leurs interventions auprès des jeunes et de leurs parents. Petit détail important, tous possèdent une certification en réanimation cardiovasculaire.

CEPSUM : En quoi les Écoles Carabins sont-elles différentes des camps de jour sportifs?
N. B. : Les Écoles Carabins sont des camps spécialisés où les participants apprennent et développent leurs habiletés dans une seule discipline sportive, soit le football, le soccer ou le volleyball. Ils sont encadrés par des joueurs et des entraîneurs des Carabins, ces derniers ayant conçu un programme d’activité adapté à leur niveau et à leurs besoins. L’apprentissage est effectué sur une base individuelle, et ce, peu importe le niveau du participant ou de la participante, qui sont répartis selon leur niveau de jeu.

CEPSUM : Offrez-vous des services complémentaires aux camps?
N. B. : Oui, tout à fait. Nous voulons faciliter la vie aux parents en leur offrant notamment :

  • Un forfait hebdomadaire de repas santé à un coût des plus compétitifs;
  • Un service de garde gratuit, avant et après les activités;
  • Une activité parent-enfant (à l’occasion). Il s’agit d’activités variées auxquelles le parent est invité à participer avec son enfant à compter de 16 h 15, après quoi des pointes de pizza sont servies à tout le groupe. 
  • Un débarcadère avec service d’accueil et un droit de stationnement temporaire lorsque le parent vient reconduire son enfant.

 L'important, c'est que les parents tout comme les enfants aient du plaisir à venir au CEPSUM.