Blessure : Arrêter ou continuer l’activité physique?

avec Emmanuelle Pilon, physiothérapeute à la Clinique de physiothérapie et de médecine du sport.

Lorsqu’on se blesse, notre premier réflexe est d’arrêter complètement nos activités physiques pour bien récupérer. Mais est-ce toujours nécessaire?  Emmanuelle Pilon, physiothérapeute à la Clinique de physiothérapie et de médecine du sport, répond à nos questions.

Une question de philosophie

À la Clinique de physiothérapie et de médecine du sport, la philosophie est de garder les patient(e)s le plus actif et active possible. « Tout le monde a ce besoin de rester actif le plus possible, ce qui est dur, c’est de trouver la fenêtre de continuer l’activité physique sans nuire à la guérison du patient », nous explique Emmanuelle. Durant la guérison, on veut changer les habitudes d’un(e) patient(e) en lui proposant de faire des activités physiques différentes. Le but de rester actif est de maintenir ses capacités musculaires et cardiovasculaires.

Capacités cardiovasculaires

Prenons par exemple une entorse de cheville. Comme on ne veut pas que la personne mette du poids sur sa cheville, ce serait alors une mauvaise idée d’aller courir, même des petites distances. On va plutôt lui conseiller la natation. Il s’agit d’un excellent sport pour limiter les impacts tout en conservant ses capacités cardiovasculaires, sans risque d’aggraver sa blessure.

Capacités musculaires

La perte de capacité musculaire est très rapide. Généralement, en deux semaines on peut déjà observer une adaptation de la fibre musculaire, ce qui entrainera une perte de force. Dans ce cas, les physiothérapeutes vont proposer des exercices de renforcement qui ne mettront pas en péril la guérison.

Le retour progressif : La clé du succès

Lorsque la force, la mobilité et l’équilibre sont de retour, on peut recommencer à mettre un certain stress sur l’articulation blessée. Pour éviter tout risque de rechute, la clé du succès est un retour progressif. À titre d’exemple, il serait déconseillé pour un coureur de reprendre ses activités rapidement après une blessure au genou. On va plutôt fractionner ses courses pour qu’il recommence graduellement. On ne restreint pas la fréquence, mais plutôt le volume par entrainement pour diminuer le stress sur l’articulation.

Pas toujours la même recette

Pour certains types de blessures, comme les blessures musculaires, il est même conseillé de retravailler le muscle blessé. Par exemple, après un claquage à l’ischio-jambier, il est pertinent de reprendre l’activité après quelques jours de repos. En renforçant progressivement le muscle, on va s’assurer qu’il cicatrise de la bonne façon.

Conclusion

Au final, il faut se rappeler que chaque blessure est différente. C’est important de consulter rapidement suite à un trauma. Des physiothérapeutes seront en mesure de te conseiller sur la durée du repos et la reprise de ton sport. L’objectif ultime, c’est de continuer à être actif sans aggraver sa blessure!

Emmanuelle Pilon

Emmanuelle a complété sa maîtrise professionnelle en physiothérapie à l’Université de Montréal en 2010. Son curriculum présente plusieurs formations lui permettant d’avoir une pratique variée, telles que la thérapie manuelle, les manipulations vertébrales et périphériques ainsi que l’utilisation d’aiguilles sous le derme.

Fermeture de la piscine

Fermeture temporaire du 27 août 2022 jusqu'au printemps 2023