Comment démystifier l’apport de l’activité physique sur ton niveau d’énergie ?

avec Jean-Denis Thomson, responsable de la salle d’entrainement

Énergie

Au cours de spinning, à l’occasion d’un déménagement ou simplement lorsque vous gravissez les marches du CEPSUM côte à côte, ton ami(e) effectue tous ces efforts avec le sourire alors que tu souffles derrière ? Certaines personnes semblent infatigables. Pourtant, vous dormez le même nombre d’heures !

Comment expliquer cette énergie qui semble si injustement répartie entre vous deux ? On en discute avec Jean-Denis Thomson, responsable de la salle d’entrainement.

« Ton ami(e) a probablement une meilleure condition physique que toi. » – Jean-Denis Thomson

La vérité fait parfois mal à entendre, mais sache que rien n’est figé dans le béton ! La beauté de la chose, c’est qu’en connaissance de cause, il est possible d’effectuer quelques changements au niveau des habitudes de vie et que ceux-ci sont payants en énergie à long terme. 

Qu’est-ce que la condition physique ?

Mais pour commencer, revenons à la base : qu’est-ce que la condition physique ?
De façon générale, les trois composantes principales de la condition physique sont la capacité musculaire, la capacité cardiovasculaire et la flexibilité.

Le lien entre celle-ci et le niveau d’énergie est tout simple : meilleure est la condition physique, plus faciles seront les activités de la vie quotidienne. Dû à l’efficacité mécanique, ces activités seront donc moins coûteuses en matière de réserves d’énergie. Selon cette logique, lorsqu’une personne qui n’est pas en bonne condition physique effectue une activité, elle doit fournir un effort dont le niveau de difficulté perçu est beaucoup plus élevé qu’une personne en meilleure forme. Et fait intéressant, ce principe s’applique à toutes les composantes de l’activité physique.

Concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?

Jean-Denis a quelques exemples pour toi :


Force musculaire à l’épicerie
La charge maximale qu’Antoine est capable de soulever avec ses bras est de 20 livres. Il a fait l’épicerie et doit transporter un sac de 15 livres à la maison. Antoine travaille à 75% de sa force maximale durant tout le trajet du retour.

De son côté, Justine est capable de soulever une charge maximale de 60 livres avec ses bras. Ramener les provisions d’Antoine ne la fait travailler qu’à 25% de sa force maximale. L’effort relatif de Justine lui coûte donc moins de réserves d’énergie.

Capacité cardiovasculaire vers l’arrêt d’autobus
Sarah – qui a une faible condition cardiovasculaire (VO2max.* de 25 ml/kg/min.) – marche jusqu’à son arrêt d’autobus. Celle-ci travaillera à environ 50% de son maximum lors du trajet, alors que Félix – dont la condition cardiovasculaire est excellente (VO2max.d’environ 60 ml/kg/min.) – travaillera à environ 30% de maximum. Félix aura donc dépensé moins d’énergie que Sarah dès le début de la journée.

* Ton VO2max. constitue ta consommation d’oxygène maximale à l’effort. C’est un des indicateurs de la composante cardiovasculaire. Plus le VO2max. est élevé, plus la condition cardiovasculaire est bonne.


Flexibilité au parc
Philippe lance une balle au chien de son amie Camille au parc. Pas très flexible, Philippe a de la difficulté à effectuer une amplitude de mouvement plus élevée que ce à quoi il est habitué, car il sollicite des muscles opposés. Ceux-ci le font travailler contre lui-même et lui coûtent davantage en énergie que lorsque Camille, adepte de yoga, lance la même balle.  

En résumé : plus tu bougeras, meilleure sera ton niveau d’énergie !

Finalement, plus tu es souple, fort(e) et que tu as une bonne capacité cardiovasculaire, plus ton pourcentage d’effort pour une même tâche physique sera faible. Alors, tu auras en réserve plus d’énergie pour les activités de ta vie quotidienne et moins vite tu éprouveras la sensation de fatigue.

« Plusieurs font le choix d’être essoufflés à la salle d’entrainement plutôt que pendant leurs activités de vie quotidienne – c’est génial ! » – Jean-Denis Thomson

Pour conclure, sache qu’outre la salle d’entrainement, il existe une multitude de façons d’améliorer sa condition physique ! Par exemple, avec des activités sportives divertissantes – comme la randonnée en montagne – ou bien lors des cours de groupe – comme le Pilates, les arts martiaux ou la Zumba® ! L’objectif est simplement de trouver une variété d’exercices qui amènent un équilibre entre effort musculaire, cardiovasculaire et flexibilité. À force de répéter ces activités, ta condition physique s’améliorera et tu pourras bénéficier d’une énergie plus grande.

P-S – Même à court terme, bouger te permettra de te sentir moins fatigué(e). Soyons bien clairs : tu n’auras pas plus d’énergie après une séance d’entrainement, mais ton état d’éveil sera plus grand. Faire de l’activité physique fait un peu le même effet que prendre un café – tout en augmentant ton sentiment de bien-être. Finalement, la formule est gagnante à tous les niveaux !

Psst ! Si jamais tu as envie d’approfondir tes connaissances au sujet de la quantité d’activités physiques requises pour en retirer des bénéfices pour la santé, Jean-Denis te suggère cette lecture.